DEBATS. Quel est l’avenir des cabinets de recrutement à l’ère du digital ? Comment définir leur rôle à l’heure de l’automatisation du recrutement ? Quelle valeur ajoutée pour un consultant en recrutement ? Autant de questions que se sont posées les professionnels réunis à l’occasion de #TruParis 2017, dont Manpower France est partenaire. Retour à chaud sur cet événement.

L’ambiance était conviviale à la non-conférence #TruParis 2017 hébergée, ce 1er juin 2017, par l’IESEG sur son campus de la Défense. Preuve que la thématique des Ressources Humaines et du recrutement passionne toujours autant, il fallait jouer des coudes pour se faire une place au sein des nombreux workshops proposés.

L’un de ces ateliers, qui se déroulait « sans slide, sans badge et sans langue de bois », a abordé la question du recrutement. Avec un intitulé volontiers provocant, « Existe-t-il encore une valeur ajoutée pour les cabinets de recrutement ? », le débat promettait d’être animé ! Les participants, en grande majorité des professionnels du recrutement et passionnés des Ressources Humaines, ne se sont pas fait prier pour partager leur expérience, leurs craintes… et leur vision.

A lire aussi : notre récapitulatif de l’édition 2015 de TruSourcing

Accepter la nécessaire remise en cause

Pour les cabinets de recrutement comme pour la plupart des entreprises, il y a un avant et un après révolution numérique. Dans ce nouveau contexte où toute structure peut disposer d’outils technologiques lui permettant de piloter les recrutements, quelle plus-value mettre en avant et comment redéfinir son rôle ?

« La chaîne de valeur des cabinets de recrutement est bousculée. »

Pour ouvrir le bal, un consultant en recrutement pose le diagnostic : avec la mise à disposition d’outils qui donnent une vision du marché de plus en plus précise aux professionnels RH des entreprises, « la chaîne de valeur des cabinets de recrutement est bousculée ». Pour le secteur, il y a donc urgence à se remettre en cause. Car ceux qui ne seront pas capables d’évoluer risquent bel et bien de disparaître.

Créer de la confiance grâce à l’expertise

Pour les professionnels du recrutement présents en nombre à l’atelier, pas de doute : la valeur ajoutée d’un cabinet est son potentiel humain. Autrement dit, les consultants qui ont noué, au fil des années et des projets, des relations privilégiées avec leurs clients constituent la principale plus-value du secteur.

Pour Marie Aigret, Gestionnaire RH Fonctions supports chez Picard, la relation avec le consultant est une « garantie de confiance » pour les entreprises clientes. Le consultant se voit souvent confier des missions difficiles et urgentes, qui exigent à la fois connaissance pointue du marché et adéquation avec l’ADN de l’entreprise.

Valoriser la dimension de conseil

Pour une des intervenantes, consultante en recrutement, les cabinets doivent mettre avant le gain de temps que le recours à leurs services permet. Mais attention à ne pas confondre vitesse et précipitation ! Un bon cabinet de recrutement doit avoir du recul sur la demande client et se mettre dans une position de conseil. Une mission cruciale qui implique parfois d’exprimer une vue divergente ou d’exiger une mise en cohérence du discours et du processus de recrutement.

Même constat pour Céline Lappas, responsable RH Christian Dior Couture, qui met en avant l’indispensable agilité des cabinets de recrutement sur ces missions difficiles que les RH généralistes ont parfois des difficultés à mener. Alors que les cellules de sourcing se multiplient, notamment dans les grandes entreprises, les cabinets de recrutement interviennent en complément des ressources internes en qualité d’expert.

Rester à l’écoute des innovations

Alors que le secteur est bousculé par la transformation digitale, notamment avec la montée en puissance du recrutement prédictif, les professionnels insistent donc sur la nécessité de conserver et de valoriser auprès de leurs clients les fondamentaux du métier. Une démarche qui n’est pas pour autant incompatible avec l’innovation !

C’est la carte de la relation intrapersonnelle et de la crédibilité que doivent jouer les cabinets de recrutement, qui évoluent aujourd’hui vers une relation de partenariat de plus en plus proactive avec les professionnels RH des entreprises. C’est ainsi qu’ils resteront les meilleurs « faiseurs de rencontres » du monde professionnel. « Si je n’avais pas fait recruteur, j’aurais monté mon agence matrimoniale », lance même une participante !