Du 13 au 19 novembre 2017, se tiendra la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH). L’événement, organisé par l’association LADAPT, met en place de nombreuses actions militantes dans toute la France. L’objectif de cette semaine : faire évoluer les mentalités, combattre les préjugés et changer la perception du handicap en entreprise.

Alors que l’événement fête ses 20 ans, la question de l’insertion des travailleurs handicapés se confronte aujourd’hui à de nombreux obstacles. Fin 2017, où en est la situation des travailleurs handicapés en France, et quelles sont les perspectives d’avenir pour garantir leur intégration en entreprise ?

La SEEPH : l’événement qui bouscule les mentalités

La Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH), organise quelques 150 actions sur tout le territoire : des actions de sensibilisation pour combattre les idées reçues ; des conférences et tables rondes pour mobiliser les instances publiques, fondations, médias et entreprises ;  des « actions emploi » pour mettre en relation des travailleurs handicapés avec des recruteurs et ainsi combattre les préjugés quant aux capacités professionnelles des travailleurs en situation de handicap.

La SEEPH est aussi l’occasion pour les entreprises de montrer leur engagement en faveur de l’insertion des travailleurs handicapés. C’est le cas de Manpower, qui a choisi de manifester son implication à travers sa participation active à l’événement.

Les obligations légales concernant les travailleurs handicapés en France

Rappelons qu’une obligation légale existe en France concernant l’emploi des travailleurs en situation de handicap. La loi de 1987 stipule que les entreprises françaises de 20 salariés ou plus (tous secteurs d’activités confondus, privés ou publics), doivent employer, à temps partiel ou à temps plein, un taux de travailleurs handicapés représentant au minimum 6% de leur effectif total.

Cette mesure ne s’applique pas aux petites PME de moins de 20 salariés.

Si le taux d’emploi minimum n’est pas atteint, l’entreprise se voit alors contrainte de verser une contribution financière annuelle à l’AGEFIPH pour les entreprises du secteur privé et au FIPHFP pour les entreprises du secteur public.

Pour en savoir plus sur cette contribution et sur les entreprises concernées par l’obligation, renseignez-vous sur Service-Public.fr.

Quel avenir pour le financement de l’aide aux travailleurs handicapés ?

Si par le passé, ce système de contribution financière a fait ses preuves, aujourd’hui, il ne suffit plus à garantir l’insertion des travailleurs handicapés en entreprise.

En effet, l’Agefiph se trouve actuellement dans une situation précaire, due à un important manque de financement. Non seulement le seuil des 6% n’est pas atteint, mais d’autre part, l’Agefiph n’est plus en mesure de financer ses missions d’accompagnement des travailleurs handicapés, dont la principale est le maintien de l’emploi.

La contribution financière à l’Agefiph est passée de 574 millions d’euros en 2008 à 404 millions en 2015. Le fonds a donc subi une baisse de 30% en l’espace de 7 ans, selon LADAPT. Malgré une insertion plus importante qu’au début de l’application de la loi de 1987, le nombre de travailleurs déclarés est bien plus élevé qu’il y a 30 ans, alors que les ressources financières diminuent et que les besoins, eux, continuent de grandir.

Ces chiffres inquiètent et alimentent de nombreux questionnements quant à l’avenir des modes de financement des aides aux personnes en situation de handicap pour le secteur privé.

Sur le moyen terme, on peut imaginer une disparition des moyens financiers de l’Agefiph, ce qui aurait une conséquence directe sur l’accompagnement des travailleurs handicapés.

Quelles perspectives sont alors envisageables pour perpétuer l’action de ce fonds et ainsi l’intégration des travailleurs handicapés en entreprise ?

Depuis un an maintenant, le CNH (Conseil National Handicap), réfléchit à des pistes et solutions plus adaptées aux besoins actuels. Celles-ci devraient être officiellement rendues publiques lors de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées, du 13 au 19 novembre 2017.