PRÉVENTION SÉCURITÉ. La prévention sécurité et le suivi médical sont des enjeux capitaux, tout au long de l’année, et une attention toute particulière doit être apportée en été, au moment où de nombreux remplacements se font, et au moment où l’activité de l’entreprise peut être différente.

Depuis le 1er janvier 2017, de nouvelles dispositions sur la médecine du travail ont modifié le suivi médical des salariés durant leur parcours professionnel. Le nouveau dispositif permet de tenir compte de la pénurie de médecins du travail et d’assurer plus efficacement le suivi des salariés.

Ce nouveau suivi médical, qu’en est-il pour les salariés intérimaires ?

Pour tous les intérimaires, dans les 3 mois à partir de la prise de poste :

Visite d’Information et de Prévention

Cette visite est réalisée par le service de santé au travail de l’entreprise  de travail temporaire avec laquelle travaille le salarié intérimaire, par un médecin ou un professionnel de santé. Au terme de cette visite, une attestation de suivi lui est remise.

 A noter : sont concernés les travailleurs handicapés, femmes enceintes, venant d’accoucher, mineurs et travailleurs de nuit.

Exceptions : cette visite doit être réalisée avant la prise de poste pour les travailleurs de nuit et les mineurs.

Un autre suivi médical est prévu pour les intérimaires exposés à des risques spécifiques, impérativement avant le début de la mission :

Suivi Individuel Renforcé

Cette visite doit être assurée :

  • Par le service de santé du travail de l’entreprise temporaire lorsque l’emploi est à risque
  • Par le service de santé du travail de votre entreprise lorsque le poste est à risque

Au terme de cette visite, un avis d’aptitude est délivré par le professionnel de santé.

Quels sont les salariés concernés par ce suivi individuel ?

  • Pour les salariés exposés : amiante, plomb, agents cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction, agents biologiques groupes 3/4, rayonnements ionisants, risque hyperbare, opérations montage/démontage d’échafaudages.
  • Pour les salariés concernés par les situations de travail :
    • mission nécessitant un CACES (engins de chantier, grues à tour, grues mobiles, grues auxiliaires, nacelles ou PEMP, chariots automoteurs de manutention à conducteur porté (caristes)).
    • opérations sur des installations électriques ou dans leur voisinage (habilitation électrique).
    • travaux dangereux pour les jeunes de moins de 18 ans.

Dans les 2 cas, les visites sont valables pour 2 ans, avec un périmètre couvert par une visite maintenu à 3 emplois.

 


A LIRE AUSSI – Cas de recours à l’intérim